Blog

Faire de l'amour une force

Insomnie quand tu me tiens ... (écris d'une nuit blanche...)

Faire de l'amour une force et se déconnecter de la conscience de masse. Le temps est à l'expansion. Pouvons nous transformer ce monde en restant connectés au réel tout en restituant plus de sacré et d'humanité dans nos vies ?. Tendre vers le défi d'une alliance intelligente entre nos mondes du virtuel, du matériel et celui d'une certaine sagesse pour l'équilibre de chacun et celui de notre planète ? Raisonner avec la vibration énergétique de nos cœurs, plus vraie et plus puissante, plutôt qu'avec celle de nos cerveaux formatés et trop souvent manipulables ? Selon nos vécus, nos conditionnements, notre éducation, notre religion, nous nous sommes tous plus ou moins construits dans un système de croyances basé sur la peur, le manque de confiance, le doute. Notre interdépendance agissant en une conscience de masse. Un émotionnel collectif. Les médias savent d'ailleurs très bien nous manipuler par cet émotionnel collectif et entretenir quotidiennement cette conscience de masse régie par la morosité de notre monde. Les mystificateurs. Guidés par des réflexes archaïques, primaires, nous pouvons subir une certaine pression sociale, une influence politique, les opinions des autres.... Nous pouvons nous questionner sur notre véritable liberté d'être, notre véritable nature, notre harmonie intérieure dans tout ce système. Celui-ci basé sur la peur nous impose le plus souvent à se fondre dans la masse pour ne pas remettre en question ce l'on a appris, ce qui nous a été inculqué. Vivre avec la peur. Ne pas oser se risquer. Difficile de réfléchir hors des sentiers battus. Impensable pour la plupart d'entre nous qu'il puisse y avoir peut être une réalité supérieure plus bienveillante, que nous puissions nous ériger et vivre en nous ouvrant à notre propre vérité. Bien au-delà de la personne que nous sommes et retrouver notre souveraineté. Comment intégrer notre cohérence qui nous fait nous interroger de manière très profonde sur le sens de nos vies, pour l'épanouissement de notre âme? Dans ce désordre du monde, s'en remettre à un ordre plus divin peut être bien ?... Ces questionnements n'appartiennent pas à la conscience de masse engluée dans la peur. De plus en plus de personnes s'interrogent sur leur place en ce monde et le sens de leur vie ici bas, sans pour autant être des individus perchés ou marginaux. A l'image de notre monde en mutation, nous traversons tous plus au moins des périodes difficiles ou en tout cas qui semblent nous impacter plus fortement que précédemment pour pas mal d'entre nous. Traversons-nous une période transitoire entre deux façons de penser pour panser notre monde? Nous ouvrir à un nouveau paradigme? Critiques, mépris de la part de ceux et celles qui n'admettent pas ce processus en place, qui se joue pourtant quotidiennement, en coulisses, à titre individuel et collectif. Il suffit de se poser, d'observer et de sentir. Des énergies puissantes, très déstabilisantes et des moments de turpitudes à travers tous les climats sociétaux, environnementaux, sont là pour nous interroger. Ce sont des épiphénomènes. Nous sommes sans cesse convoqués pour des rendez-vous avec 😊 🌟

nous-mêmes et aborder de nouveaux cycles de vie, de plus en plus en conscience, pour nous libérer de nos chaînes, de nos entraves, de nos conditionnements. Pour lever les voiles, pour plus de transparence, pour plus de clairvoyance. Pour nous réveiller. De plus en plus de jeunes gens, souvent dotés d'une intelligence autre, sont en proie à des questions existentielles, spirituelles, et en cela ils sont porteurs d'espoir. Pour tous ceux qui vivent de plus en plus en conscience, il va sans dire que ce n'est pas tous les jours confortable car ce qui nous entoure est ressenti de plus en plus intensément. Si cela peut susciter effectivement des appréhensions, cela s'avère pourtant libérateur par une énergie régénérée et une foi en la vie renouvelée. Nous oublions trop souvent que nous sommes les bâtisseurs de nos vies, nous avons sans cesse des opportunités de nous guérir et de révéler la lumière qui brille en chacun de nous, dans nos coeurs, sur nos chemins d'évolution. Parfois, en effet, il nous faut rompre avec la norme reconnue, modifier nos vies, nos comportements, s'affranchir des diktats, de certains carcans, agir autrement de ce que nos aînés ont pu faire, prendre le risque... peut être?... d'être considéré comme bizarre ou différent, d'être mis à l'écart, de se sentir isolé, de par un discours peu consensuel et dérangeant. Oser s'exposer dans sa singularité, sa différence, oser exprimer sa vision des choses. Pas pour obtenir une adhésion. Non. Simplement parce que l'on sent que l'on peut vibrer une nouvelle fréquence à la conscience de notre monde, à ceux qui nous entourent. Une toute petite pierre à l'édifice certes...mais qui peut avoir son importance et faire toute la différence. C'est parfois oser désobéir, ne pas être dans les clous, oser se dire, oser s'affranchir de ce que la conscience de masse voudrait nous voir adhérer : davantage de choses, une surconsommation démentielle, davantage de peurs, de concurrence, de compétition, de doutes et finalement de souffrances. A mon sens, notre monde manque cruellement d'amour et d'espérance. Carencé en conversations profondes et vraies de cœur à cœur, malgré nos différences et les peurs qui vivent en chacun de nous, dans un système broyant les meilleures volontés. C'est croire en la vie et à tous les êtres lumineux que nous pouvons être en ce monde pour contrer ces peurs, les colères et les chaos. Pour faire face aux défis de la vie. C'est faire le choix d'entretenir avec force des pensées de douceur et de calme malgré tout ce qui se manifeste autour de nous, dans le tumulte du monde. Ce n'est pas non plus tout accepter passivement, mais faire preuve de discernement et de sagesse face à certaines ombres et ne pas cautionner leurs tentatives de manipulation sous l'emprise de nos craintes. Croire et faire confiance au pouvoir guérisseur de l'amour n'est pas être mièvre ou faire partie d'un pays imaginaire. L'amour et la peur sont les deux faces d'une même médaille. C'est la peur de soi, la peur de l'autre qui engendrent les rigidités, les incompréhensions jusqu'à la haine parfois. C'est pourtant seulement à travers l'amour que la paix, l'harmonie se manifestent un jour, en baissant la garde, en tombant les masques. En se risquant à sa vulnérabilité qui n'est pas un gros mot. Bien au contraire, l'assumer nous rend plus humains, plus forts, plus courageux et déterminés, pour nous remettre debout et nous améliorer. Elle nous apprend à aimer, pour ces êtres de passage que nous sommes sur cette terre.

À l'heure de notre finitude, l'ultime question qui se posera sera également celle de l'amour. Quand il n'y a plus rien contre qui ou quoi lutter, lorsque l'on s'abandonne au vide, au rien, n'est ce pas là l'espace de vacuité offert à ce qui ne demande qu'à nous remplir...l'amour ? Je crois que seul l'amour reste. L'amour est la réponse à beaucoup de choses. L'ultime réponse à tous les bilans. Tout le reste n'est que détail qui continuera sans nous. Nous pouvons accumuler des tas de biens, être très pragmatiques dans l'organisation de nos vies, dans nos façons de penser, réussir sur bien des plans et y perdre notre âme par conformisme, pour se mouler à la conscience de masse. Faire de l'amour une force et s'affranchir de la conscience de masse le plus souvent possible est porteur de paix en nous et autour de nous. Quelque soit notre parcours, nos tragédies, on peut vivre plus en conscience. Oser être qui nous sommes, comprendre qu'il y a peut être de nouvelles façons de vivre, de se laisser traverser par la vie. Être dans l'espérance et sentir que l'on peut mériter le meilleur. Que les choses se jouent à un autre niveau, au-delà de la personne que nous sommes ou que nous croyons être. Quelque chose se joue au niveau de l'âme. Sentir que nous pouvons, chacun à notre petit niveau, contribuer à la transformation, être un exemple pour autrui, en gardant la foi en la vie et donc à l'amour. Pour notre entourage, pour ceux que l'on aime et pour l'avenir de notre monde, de notre planète. Être chacun un petit colibri de plus, doté de sa goutte d'eau supplémentaire. Regarder au-delà de certaines catastrophes de ce monde. Symboliquement parlant, celles-ci nous délivrent des messages plus subtils. Apprendre à les entendre pour apprendre de nous, sur nous. Nous sommes tous en perpétuel mouvement, et bien souvent poussés malgré notre propre volonté. Tout se transforme. Notre monde extérieur tout comme notre monde intérieur. Osons sortir du jugement de prime abord et des concepts de conscience de masse, nourris par la peur. Ayons conscience de qui nous sommes véritablement, dans notre nature profonde. Aucune personne n'est inférieure ou supérieure. Nous sommes seulement des êtres plus ou moins conscients. Réfuter la peur, transcender nos expériences douloureuses de la vie pour laisser émerger l'amour qui nous habite, telle une initiation qui nous conduit à de meilleures versions de nous mêmes, vers une conscience accrue pour garder foi en de meilleures vies pour tout un chacun dans la simplicité. Pour œuvrer à la transition de ce monde en mutation. Nous accompagner les uns et les autres par notre présence, dans des rapports vrais, dans le langage simple du coeur. Pas seulement par la banalité ou la superficialité de mots échangés via les réseaux qui peuvent promouvoir autre chose que le reflet de l'appauvrissement de nos sociétés sur bien des plans. Nous pouvons rester lucides sur ce qui nous entoure tout en diffusant une certaine énergie, une profondeur, un rayonnement, de la beauté pour contrebalancer le marasme, le fatalisme. S'émerveiller de nos trésors et de ceux de cette planète. Maintenir son cap, son intégrité malgré les remous. Recontacter nos rêves, rester passionnés en mettant du cœur à ce que nous entreprenons, avec plus de conscience, plus d'amour pour nous rendre plus forts dans l'espérance d'autres possibles. 🌟



A la Une
Archive
Follow Me
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Pinterest Icon
  • Grey Instagram Icon